Népal

Voyage au Népal, Le guide ultime: Que Voir, Savoir et Faire…

Vous prévoyez un voyage au Népal ? Ce guide est le point de départ parfait. Je vais essayer de répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser concernant cette destination envoutante. Quoi faire, quoi voir, comment se déplacer, les visas, la sécurité, la santé… J’essaye de couvrir le maximum d’informations pratique pour faire de votre voyage au Népal un moment inoubliable.

Voyage au Népal, la stupa de Swayambunath, magnifique.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à poster dans les commentaires ou me contacter par mail ou sur les réseaux.


Il existe 1001 raisons de visiter le Népal. Montagnes, jungle, lieux de pèlerinage, spiritualité, sport extrêmes… Il y en a pour tous les goûts !

Les paysages au Népal sont variés et presque toujours à couper le souffle. D’un côté, les imposantes montagnes de l’Himalaya qui offrent parmi les plus beaux trek et plus belles voies d’alpinisme de la planète. De l’autre côté, les plaines à la végétation luxuriante sont un lieu idéal pour l’observation de la faune asiatique.

Les amateurs de plein air et d’adrénaline ou les personnes désirant sortir de leur zone de confort pourront également assouvir ces besoins avec les nombreuses activités autour de Pokhara, vélo de montagne, parapente, rafting…

Mais ce qui m’a le plus marqué au Népal, c’est le dépaysement que j’y ai ressenti. Le côté spirituel et la religion sont partout autour de nous là-bas, et cela rajoute un petit quelque chose d’extraordinaire. Que ce soit le simple « namaste » pour dire bonjour à un Népalais ou bien la « Puja d’expédition », passage obligé pour les alpinistes lors des expéditions d’alpinisme. Ou encore les nombreux temples un peu partout dans les rues de Katmandou. La spiritualité est partout au Népal.

Prêt à vivre toutes ces expériences uniques ? Pour vous aider dans la préparation de votre voyage et vous faire profiter de mon expérience là-bas, je vous propose ici un guide de voyage au Népal le plus complet possible. Il couvre toutes les informations essentielles sur les visas, la sécurité, ce qu’il faut voir, savoir et faire, ainsi que sur la manière de se déplacer, mes recommandations pour la planification du voyage, et bien plus encore.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter !

Voyage au Népal, Le guide ultime: Que Voir, Savoir et Faire
Les drapeaux de prières, un symbole que vous retrouverez dans tout le Népal.

Guide complet pour un voyage au Népal


Ce qu’il faut savoir avant de partir en voyage au Népal.

Népal : présentation

Le Népal est un petit pays situé dans le sud de l’Asie, il est l’un des pays les plus pauvres du monde. Ses voisins directs sont la Chine (Tibet) au nord et l’Inde au Sud, Est et Ouest.

Le Népal est connu dans le monde entier principalement pour abriter la chaine de montagne la plus haute du monde, l’Himalaya ainsi que le sommet le plus haut du monde, l’Everest (8849 m). Le pays abrite également de grandes plaines où il est possible d’observer des animaux comme l’éléphant d’Asie.

La population du Népal est de 26 millions d’habitants, avec une forte concentration dans la capitale, Katmandou.

La langue principale est le Nepali, qui comporte un alphabet différent du nôtre. L’anglais reste une langue très utilisée pour le tourisme et il est possible de s’en sortir uniquement en anglais dans la plupart des lieux touristiques. Il est également possible de trouver des Népalais francophones, comme notre agence francophone, mais cela reste beaucoup plus rare.

Les singes du temple de Swayambunath, un des temples à voir à Katmandou
Les singes du temple de Swayambunath, un des temples à voir à Katmandou

Quelle est la meilleure période pour partir en voyage au Népal?

Il y a plusieurs réponses à cette question, selon l’activité que vous visez à faire.

Le Népal a quatre saisons qui sont dictées par la mousson, ou saison des pluies, en été.

La meilleure période est l’automne, après la mousson, pendant les mois d’octobre et novembre. Le ciel est souvent très dégagé et la météo plutôt sèche. Cela permet d’avoir de magnifiques panoramas. C’est aussi malheureusement la saison avec le plus de touristes.

La seconde meilleure période est le printemps, de fin février à mi-mai. Le temps est plutôt chaud dans la journée et les journées assez longues, c’est parfait pour un trek. Nous avons fait notre trek des Annapurnas au mois de mars/avril et avons eu un très beau temps.

Le seul souci est que pendant le mois d’avril les Népalais font beaucoup de feu pour préparer le terrain pour les futures récoltes et cela cause parfois un gros manque de visibilité, surtout proche des villes.

Le temps est généralement également beau entre novembre et février, toutefois c’est l’hiver au Népal et les températures peuvent être très froides. Si vous choisissez cette période, soyez préparé à des températures négatives toute la journée.

Si votre objectif est de faire de l’alpinisme, la meilleure période peut varier en fonction des sommets que vous visez. Mais globalement, l’automne et le printemps sont les meilleures périodes.

Les visas pour le Népal.

Vous aurez probablement besoin d’un visa pour voyager au Népal. Pensez à vérifier les restrictions sur le site de votre gouvernement.

Les visas touristiques sont disponibles à votre arrivé à l’aéroport de Katmandou ainsi que lorsque vous passer par un poste-frontière.

Demande de visa en ligne

Il est également possible de faire une demande en ligne pour votre visa. Si vous choisissez cette option, la demande doit être faite 15 jours avant votre arrivée et votre visa doit être récupéré dans les 6 mois suivant votre demande.

Vous aurez besoin d’avoir une photo format passeport avec vous, un passeport valide pour les 6 prochains mois et le reçu de votre demande de visa en ligne.

Le prix du visa dépend du temps que vous pensez rester au Népal. les choix sont les suivants :

  • 15 jours — 30 USD
  • 30 jours – 50 USD
  • 90 jours – 130 USD

Demande de visa à l’aéroport

Pour une demande de visa à l’aéroport de Katmandou, il faudra suivre les étapes suivantes:

  1. Remplir la « Arrival Card » à l’immigration
  2. Remplir le formulaire « Tourist Visa » sur des bornes automatiques. Cela peut être fait avant votre arrivée au Népal sur le site du département d’immigration du Népal. Si vous faites cela, vous devrez avoir avec vous le reçu de la demande avec un code-barre, vous en aurez besoin pour récupérer votre visa. Attention, cette demande expire après 15 jours. Vous devez donc arriver au Népal au plus tard 15 jours après avoir fait cette demande.
  3. Dirigez-vous ensuite vers les comptoirs pour faire votre payement.
  4. Récupérez votre reçu, vous n’aurez pas votre visa sans ce dernier.
  5. Enfin, passez le contrôle des passeports. Montrez votre passeport, votre reçu de payement ainsi que le reçu pour le formulaire « Tourist Visa ». Ils prendront normalement une photo et vos empreintes puis votre visa sera ajouté dans votre passeport.
  6. Vous pouvez officiellement rentrer au Népal !

Le payement pour le visa à l’aéroport peut se faire en théorie par Visa ou Mastercard, toutefois cela ne fonctionne pas toujours (nous cela ne fonctionnait pas), prévoyez assez d’argent comptant pour cela. Ils sont assez flexibles et peuvent accepter différentes monnaies. Nous n’avions pas assez de dollars US, nous avons donc payé un des visas avec un mélange de dollars US, d’Euros et de dollars canadiens…

L’électricité au Népal.

Le Népal à un réseau électrique relativement bon. Dans les villes, vous n’aurez globalement pas trop de problèmes. Il arrive qu’il y ait des petites coupures de courant d’une dizaine de minutes, mais rien de bien méchant. La plupart des hôtels ou restaurants ont des générateurs pour éviter les coupures. Par contre plus vous allez partir loin des villes, plus l’acc1es à l’électricité sera aléatoire.

Par exemple, les lodges assez haut en montagne n’ont généralement pas du tout d’accès à l’électricité. Ou parfois, ils ont l’électricité, mais elle est réservée au fonctionnement du bâtiment et vous n’y aurez pas accès.

Je vous recommande d’avoir dans votre sac une lampe frontale ou une lampe torche dans les cas de grosses coupures. Cela est bien pratique.

Je vous recommande également d’avoir une batterie externe. Cela vous permettra de recharger vos appareils dans les situations où vous n’avez pas accès à l’électricité. Il en existe beaucoup. Je vous recommande celle-ci. Pour plus d’information, un article détaillé avec plusieurs choix de batteries est en préparation.

L'électricité au Népal
Je me demande comment il s’y retrouve dans leurs lignes électriques.

Internet et réseau téléphone au Népal

Internet est quand même assez présent au Népal. Vous retrouverez le wifi dans la plupart des restaurants et hôtels. Ne vous attendez pas à une vitesse super rapide, mais c’est suffisant.

Pendant les treks et les expéditions, cela va être beaucoup plus aléatoire. Sur le tour des Annapurnas, nous avons eu du wifi sur environ 70 % du trek, mais cela était parfois payant. Je sais qu’il est possible d’avoir du wifi au camp de base de l’Everest en payant également. Mais sur certains treks plus isolés, vous n’aurez aucune connexion.

Vous pouvez utiliser une carte Sim ou une E-Sim au Népal, mais encore une fois, le réseau (en 3G) est parfois très aléatoire. Le réseau n’est pas forcément partout et le relief rend la connectivité parfois complexe.

Se déplacer au Népal

Mon premier conseil sera d’éviter d’avoir trop de trop bouger au Népal. Les déplacements y sont souvent un peu compliqués.

Il y a les bus qui peuvent vous emmener presque partout. Mais ils sont peu confortables, il y a énormément d’embouteillages dès qu’on s’approche des grosses villes et les voyages sont souvent longs. Ne vous fiez pas au nombre de kilomètres affiché. Parfois 100 km peuvent prendre 4 h. Il est aussi fréquent que la route soit bloquée par un autre bus en panne ou autre, pouvant encore plus retarder votre trajet.

L’avion est aussi assez développé et plusieurs aéroports permettent de faire des vols internes (Vers Jomson, Pokhara ou encore Lukla). Il existe plusieurs compagnies comme Buddha Air, Yeti Air et Simirik Air… Mais les compagnies aériennes népalaises n’ont pas une bonne réputation et les accidents sont relativement fréquents. Si vous vous rendez à l’Everest ou dans sa région vous n’aurez pas le choix de prendre un vol vers Lukla, c’est le seul moyen de s’y rendre. Mais sinon je vous recommande de privilégier le bus ou autre moyen de transport lorsque vous le pouvez.

Je ne vous recommande pas de louer une voiture au Népal, cela est possible, mais de mon point de vue le pays ne se prête pas aux voyages « roadtrip ». Privilégiez un transport en commun ou engagez un chauffeur.

Pour rejoindre le départ de notre trek, notre mini-bus s’est retrouvé bloqué sur la route à cause d’une panne sur un autre bus. Après environ 30 minutes, nous avons pu repartir.

La sécurité au Népal.

Le Népal est un pays plutôt sûr. Les gens sont vraiment très accueillants et généreux. Ils sont tout à fait conscients que le tourisme est un élément important de l’économie du pays et ils prennent dans la plupart du temps soin des visiteurs étrangers.

Le Népal reste toutefois un pays où il faut conserver les pratiques sécuritaires de base. Ne laissez pas vos affaires personnelles sans surveillance, évitez de vous promener seul tard le soir…

La plupart des problèmes se produisent lors des treks. Leur difficulté peut être sous-estimée. Ne partez pas sans savoir le matériel dont vous aurez besoin, même s’il fait chaud le jour, la nuit il peut vite faire proche ou en dessous de 0 degré Celsius. Ne partez pas seul en trek, pensez à prévenir des gens où vous partez et pour environ combien de temps. Si vous êtes une femme, il est préférable de ne pas partir en trek seule avec un guide homme.

Prenez les précautions de base, mais en dehors de cela vous devriez vous sentir accueillis très chaleureusement par les Népalais et en sécurité dans la plupart des lieux.

L’eau est elle potable au Népal ?

Comme dans beaucoup de pays, l’eau n’est pas potable au Népal. Vous trouverez toutefois de l’eau presque partout, même dans les lodges. Vous pourrez utiliser cette eau pour vous laver, laver vos dents ou votre lessive, mais je ne vous recommande pas de la boire, même si les locaux le font.

Je vous recommande d’avoir avec vous une bouteille réutilisable, si possible avec un filtre comme les lifestraws, et des pilules de purification de l’eau. Nous avons fait tout notre voyage avec des pilules et nous avons été bien tout le voyage, sauf deux jours pendant le trek, mais on ne sait pas si le souci est venu de l’eau ou de la nourriture ou autre.

L’eau n’étant pas potable, éviter également toute nourriture qui pourrait avoir été en contact avec de l’eau. Typiquement, la salade verte est souvent à éviter, car elle est lavée avec de l’eau. Les glaçons sont aussi souvent à risque.

Je sais que c’est parfois difficile, voire impossible, surtout en expédition, mais essayez au maximum de ne pas acheter des bouteilles d’eau en plastique. La gestion des déchets au Népal est compliquée et la pollution au plastique est très visible.

Un Lodge sur notre chemin vers le col du Thorong La pendant notre trek autour des Annapurnas.

Vaccins et maladies au Népal

Le Népal est un des pays les plus pauvres du monde, il faut donc prendre un peu plus de précautions que la moyenne, car le niveau d’hygiène n’est pas au même niveau que les pays occidentaux. Pensez à avoir du désinfectant avec vous.

Une des maladies qui vous frappera probablement si vous faites un trek ou de l’alpinisme est le mal des montagnes. C’est une maladie à ne pas prendre à la légère. Elle peut commencer à se manifester dès que vous allez atteindre 3000m à 4000m d’altitude. Les symptômes sont principalement des maux de tête, une fatigue, des nausées ou une perte d’appétit. Dans les formes les plus graves, elle peut provoquer un œdème cérébral ou pulmonaire et entrainer la mort. Pour se prévenir, il est conseillé de monter doucement en altitude (éviter plus de 600m de dénivelé entre deux journées de marche) et de beaucoup s’hydrater (eau ou thé). N’hésitez pas à en parler avec votre guide si vous ressentez des symptômes.

Un article détaillé sur le mal des montagnes arrivera bientôt.

Côté vaccins, je n’avais pas eu besoin de faire de vaccins spécifiques. Toutefois, selon les zones où vous allez voyager, certains peuvent être nécessaires. Surtout si vous passez du temps dans les zones de jungles. Pour plus d’informations sur les vaccins nécessaires, je vous recommande de consulter la clinique du voyageur.

Assurance voyage au Népal

Vous devriez toujours avoir une assurance voyage. Nous en avons fait l’expérience lors de notre voyage aux Galapagos au moment du COVID. Sans elle, nous y aurions laissé des plumes.

Vérifier avec votre carte de crédit ou votre employeur si vous êtes couvert ou non. Et si non, envisagez de prendre une assurance juste pour ce voyage. Les soins de santé ou le rapatriement peuvent vite couter cher.

Au Népal, l’assurance voyage est encore plus importante si vous envisagez de faire un long trek ou de l’alpinisme, certains opérateurs exigeront une preuve d’assurance pour vous fournir leurs services. Dans ces activités vous risquez d’être dans des zones plus ou moins isolées. Cela rend l’accès au soin ou l’évacuation vers un centre de santé complexe et très chère, si le seul moyen de vous sortir est de faire appel à un hélicoptère par exemple.

Pour le trek, il est possible que ce soit correct, mais pour l’alpinisme ou l’escalade (et d’autres sports considérés comme extrême, parapente, rafting…), 99 % des assurances ne vous couvrent pas ces activités. Il vous faudra une assurance spécifique couvrant cela. J’utilise personnellement Tugo, je vous la recommande, ils couvrent tous les sports extrêmes et sont une des rares compagnies à couvrir encore l’alpinisme. Je l’utilise aussi pour la plongée.

Si vous avez des doutes, il faut savoir qu’au Pakistan par exemple, si vous faites de l’alpinisme et que vous avez un accident demandant une évacuation en hélicoptère, l’hélicoptère ne se déplacera que si vous êtes capable d’avancer l’argent. Au Népal, cela arrive parfois également.

Parlons argent, quelle est la monnaie au Népal ?

La monnaie officielle au Népal est le Roupie népalais. 1 dollar canadien est environ 100 roupies népalaises, 1 euro est environ 145 roupies népalaises.

Un certain nombre de places touristiques acceptent aussi les dollars américains (1 dollar US fait environ 130 roupies népalaises).

En ville, vous devriez trouver des distributeurs de billets un peu partout, mais en dehors des villes, il est parfois rare de trouver des distributeurs. Presque tous les distributeurs ont des maximums par retrait, le plus souvent 10 000 roupies, et il faudra payer des frais de banque. De ce que nous avons vu, les frais sont fixes par retrait. Il est préférable de retirer le maximum permis à chaque fois pour éviter les frais.

La carte de crédit n’est pas toujours acceptée partout, mais la plupart des endroits touristiques, hôtels, etc., l’acceptent. La règle disant que plus vous êtes loin d’une ville, moins la carte sera acceptée est assez vraie au Népal.

Je vous recommande d’avoir sur vous toujours de l’argent comptant, et idéalement 3/4 de roupies et 1/4 de dollar US.

Si vous avez un excédent d’argent comptant à échanger, vous pourrez le faire dans les grandes villes ou à l’aéroport.

Combien ça coute de voyager au Népal ?

Le Népal est un des pays les plus pauvres au monde. Il est donc plutôt bon marché de voyager là-bas. Le plus souvent, le billet d’avion pour Katmandou sera votre plus grosse dépense. Je ne parle toutefois pas des expéditions d’alpinisme ou des treks qui peuvent vite couter très cher. Tout dépendra du niveau de confort que vous recherchez et de la durée de votre aventure.

Pour vous donner une idée, notre voyage pour faire le tour des Annapurnas nous a couté 5200 dollars canadiens, dont 2100 dollars canadiens de billet d’avion, par personne pour 28 jours. Et nous avons fait un voyage où nous nous sommes fait plaisir et n’avons pas trop regardé les dépenses. Nous avons fait plusieurs grosses activités pour les touristes et assez chères, comme le parapente, le rafting ou encore le vol pour voir l’Everest. Un article détaillé de nos dépenses viendra bientôt.

Les prix présentés ici sont pour vous donner une idée, la variation d’un endroit à l’autre peut être du simple au quintuple. Il faut aussi se souvenir que lors des treks, si vos repas ne sont pas compris dans votre forfait, plus vous allez être éloigné et plus certaines choses vont être rares et donc couter cher.

La nourriture au Népal

  • Repas rapide/Lunch: 180-300 Roupies
  • Repas « entrée/plat/dessert »: 1000 à 2000 Roupies
  • Bouteille d’eau: 20-50 Roupies

Hébergements au Népal

  • Lodge: 500-2500 Roupies
  • Chambre double dans un hôtel 3 étoiles : 2000 – 10 000 roupies
  • Hôtel de luxe : 15 000 – 25 000 roupies

Transports au Népal

  • Taxi : 60 roupies + 50 roupies/km
  • Bus touristique : 800 – 2000 roupies (Katmandou — Pokhara)
  • Avion : 30 000 Roupies (Katmandou — Pokhara)

Activités

  • Trek : 1200 CAD à 4500 CAD (selon le trek sa durée)
  • Parapente (Pokhara) : 190 CAD
  • Rafting : 150 CAD
  • Vol panoramique Everest : 200 CAD
  • Alpinisme : 5000 CAD à 100 000 CAD (selon les sommets et la durée de l’expédition)
Une chambre dans un lodge pendant notre trek des Annapurnas.

Qu’est-ce qu’on mange au Népal ?

Une des choses qui m’a frappé au Népal, c’est à quel point nous y avons bien mangé ! Je m’attendais vraiment à manger tous les jours la même chose et éviter les plats occidentaux, souvent pas super dans les pays dont le plat ne fait pas partie de leur culture.

J’ai été très agréablement surpris. Au final, les plats étaient très variés et même les plats occidentaux comme la pizza ou les burgers n’avaient rien à envier au Canada ou à la France.

La gastronomie népalaise est très influencée par les cuisines chinoises, au nord, et indiennes, au sud. Vous retrouverez donc beaucoup de spécialités de ces deux pays. Le pays à également plusieurs spécialités, les plus connus sont les momos, une sorte de dumpling/ravioli japonais vraiment très bon et le Dhal bat (riz aux lentilles), un mélange de riz, soupe aux lentilles souvent accompagnée d’un curry et de légumes.

Un Dhal Bat dans un lodge à presque 5000m d’altitude.

Conseils et astuces pour voyager de manière éthique au Népal.

Le Népal est une destination de choix pour tous les trekkeurs ou alpinistes du monde. Et comme dans beaucoup de pays, le grand nombre de touristes peut avoir un impact négatif sur le pays. Pour conserver ces magnifiques espaces, chacun doit y mettre un peu du sien et cela passe aussi par vous si vous souhaitez visiter ce pays.

Un des principaux impacts, et vous le verrez rapidement si vous faites un trek, est la pollution liée à la consommation du plastique et les déchets en général. Pour aider à cela, voici quelques conseils :

Éviter les bouteilles d’eau en plastique.

C’est parfois impossible de faire sans, comme au restaurant. Mais essayer le plus souvent de ne pas acheter de bouteille en plastique. Pour cela, utilisez votre propre gourde réutilisable. Remplissez-la dès que possible avec de l’eau que vous aurez filtrée avec des pastilles ou fait bouillir avant de la boire.

Éviter de brûler du bois pour le chauffage ou les repas.

La déforestation est un grand problème au Népal. En arrivant dans certains villages, vous ferez face à de grands espaces désolés, sans arbres. Le bois est utilisé pour la construction, mais aussi le chauffage et la cuisson des repas. Privilégié lorsque cela est possible les douches chauffées par des panneaux solaires. Et pour les repas, essayez de commander en même temps que les autres membres de votre groupe ainsi que votre guide. De cette façon la cuisine a besoin d’être allumée une seule fois et non plusieurs fois pendant la soirée. Pour le chauffage, privilégier plusieurs couches de vêtements ou des couvertures pour éviter d’utiliser trop de bois de chauffage.

Emporter vos déchets avec vous.

La gestion des déchets est complexe au Népal. Imaginer la logistique pour gérer les déchets d’un village à 3500m d’altitude, accessible uniquement à pied. Vous découvrirez probablement certaines poubelles à ciel ouvert en arrivant ou sortant de certains villages. Pour éviter cela, essayer au maximum de transporter vos propres déchets jusqu’à la prochaine grande ville où il y a une vraie gestion des déchets.

Rester sur les sentiers.

C’est un classique pour les treks ou les randonnées. Vous aurez la plupart du temps un chemin très clair à suivre. Même s’il peut être tentant d’en sortir pour avoir une meilleure vue ou autre, essayer de rester sur les sentiers pour ne pas endommager les habitats que vous traversez.

Utiliser les toilettes lorsqu’il y en a.

Il y en aura rarement entre deux étapes d’un trek, mais il sera facile d’en trouver dans tous les villages. Utiliser ces toilettes au maximum. Faire ses besoins dans la nature, même au milieu de nulle part, n’est pas forcément sans conséquence. Principalement proches d’un cours d’eau, les villages n’ont pas de système d’épuration des eaux. Polluer les cours d’eau peut être très néfaste pour les villages.

Respecter les locaux et leurs coutumes

Il est important de respecter les locaux. Demander la permission avant de les prendre en photos. Habillez et comportez-vous de manière respectueuse et soyez à l’écoute de votre guide, si vous en avez un. Les cultures hindouistes ou bouddhistes peuvent s’avérer très différentes des nôtres. Soyez à l’écoute et essayez de comprendre avant de juger.

Dans la même idée, le Népal dépend du tourisme et il est important de respecter les gens qui vous accompagnent et assure votre sécurité. Votre guide ou vos porteurs sont des gens très importants pour une expérience au Népal réussie. Assurez-vous, autant que possible, qu’ils sont payés correctement et qu’ils ne sont pas exploités. Ne prenez pas des sacs trop lourds, les porteurs ont des règles sur le poids maximal qu’ils peuvent porter, mais souvent, ils n’oseront pas vous dire non. Essayez de voyager léger.

Les vaches sont sacrées au Népal, il est fréquent d’en croiser au milieu de la route ou de votre chemin.

Qu’est-ce qu’il y a à voir et faire au Népal ?

Lorsque l’on pense au Népal, on pense forcément aux montagnes de l’Himalaya. Mais ce n’est pas la seule chose que le Népal a à offrir.

Quoi faire dans la vallée de Katmandou?

La ville de Katmandou se situe dans une vallée qui rassemble plusieurs villes et villages: la vallée de Katmandou. Katmandou est une vraie fourmilière et le premier mot qui nous vient à l’esprit pour la décrire est souvent le chaos, mais un chaos organisé.

La ville regorge de lieux historiques ou spirituels et beaucoup sont enregistrés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il y a donc beaucoup de choses à faire et à voir, toutefois cela peut vite devenir redondant. Les palais royaux ou les temples se ressemblent quand même beaucoup, mais il faut en voir au moins.

Pour vous aidez à vous y retrouver, je vous propose ici une sélection de ce que je vous recommande de faire en visitant la vallée de Katmandou.

Durbar square ou place du Darbâr, à Katmandou, Patan ou Bhaktapur

Durbar square ou Place du Darbâr, salle d’audience royale, sont des places qui regroupent de nombreux temples et palais royaux. Il y en a trois dans la vallée de Katmandou, un a Katmandou, un à Patan et un à Bhaktapur. Pourquoi trois ? Pour comprendre, il faut se plonger dans l’histoire de la région. Dans le passé, le Népal était divisé en plusieurs royaumes dont trois de ces royaumes se situaient dans la vallée de Katmandou : Basantapur (Katmandou), Bhaktapur et Patan. Pour en savoir plus sur l’histoire du Népal et Katmandou, allez voir par ici.

La visite peut se faire par vos propres moyens, mais avoir un guide (et vous aurez de nombreuses sollicitations) vous permettra de voir des détails que vous n’auriez pas remarqués sans eux. Pensez notamment à regarder les sculptures à même le bois, elles sont vraiment impressionnantes.

Le stupa de Boudhanath ou Bodnath

Le stupa de Boudhanath, aussi appelé Bodnath, est un des sanctuaires bouddhistes les plus importants du Népal. Il est situé dans le quartier tibétain de Katmandou. Ce stupa frappe par sa taille vraiment importante, elle se voit de loin.

Vous verrez de nombreux pèlerins ou touristes qui en font le tour et même si le stupa est très beau d’en bas, je vous recommande de manger ou prendre un café dans un des café ou restaurant autour du Stupa et dont leurs terrasses vous offrent une vue de haut sur le Stupa.

Le temple de Pashupatinath

Le temple de Pashupatinath est un des lieux les plus sacrés de l’hindouisme. Le lieu reçoit de très nombreux pèlerins et il y a souvent énormément de monde sur place.

Le temple est dédié à Pashupati, l’incarnation de Shiva en tant que « maître des animaux ». Vous ne pourrez pas visiter le temple lui-même, sauf si vous êtes hindou vous-même. Mais même si vous n’êtes pas hindou, le lieu mérite la visite, vous pourrez observer le temple ainsi que découvrir les rituels de crémations qui y sont réalisés quotidiennement.

Attention, cela peut vous sortir de votre zone de confort, car vous verrez des personnes décédées être préparées puis brulées devant vous. Soyez également respectueux, pour vous cela peut être une expérience intéressante à observer, mais cela reste une famille qui rend un dernier adieu à un proche, garder vos distances.

Vous verrez sur place de nombreux Sadhou, si vous voulez poser avec eux, ils vous demanderont probablement quelques pièces.

Le temple de Swayambhunath

Le temple de Swayambhunath, aussi appelé le temple des signes, est le dernier lieu impossible à rater à Katmandou.

Pour accéder au temple et à son Stupa, il faudra commencer par monter un grand escalier, 365 marches. Tout le long de cet escalier, vous découvrirez pourquoi on le surnomme le « temple des signes ». Il y en a beaucoup qui tournent autour de l’escalier. Faites d’ailleurs attention à vos affaires et surtout votre nourriture, ils sont très doués pour vous soutirez quelques biscuits si vous ne faites pas attention.

En haut de l’escalier, vous pourrez voir un très beau stupa ainsi qu’une belle vue sur la ville de Katmandou, cela vaut le détour.

Ce temple est à la fois un lieu sacré pour les hindouistes et les bouddhistes, ce qui est plutôt inhabituel pour moi, mais très intéressant à découvrir.

Les meilleures choses à faire en dehors de la vallée de Katmandou.

Le Népal ne se résume pas à Katmandou, il y a aussi plusieurs autres régions qui valent le détour.

Visiter Pokhara

Pokhara est la plus grande ville dans la région des Annapurnas. C’est une ville idéale pour trouver un peu de tranquillité, surtout comparée à Katmandou. La ville se situe au bord du magnifique lac Phewa, il est possible de s’y baigner, attention toutefois à la qualité de l’eau, ou d’y naviguer en bateau.

C’est aussi un lieu de départ pour de très nombreuses aventures, vélo de montagne, rafting, trek, parapente… Si vous ne souhaitez pas vous rendre dans la région de l’Everest, c’est probablement le meilleur endroit pour installer votre « base » d’où partiront vos différentes aventures.

Coucher de soleil sur le lac Phewa à Pokhara

Lumbini, le lieu de naissance de Bouddha

Saviez-vous que Bouddha est né au Népal ? Maintenant, oui. Il est né dans le village de Lumbini. Il est donc pas étonnant que ce soit devenu un très grand lieu de pèlerinage pour de nombreux bouddhistes du monde entier.

Je n’y suis pas allé personnellement, mais si le bouddhisme vous intéresse c’est certainement un lieu qui vaut le déplacement. Vous y trouverez aussi de nombreux temples, stupas ou monastères, mais la principale raison de visiter la région est le temple de Maya Devi, principal temple de Lumbini, où vous pourrez rendre hommage à Siddhartha Gautama.

Par national de Chitwan

Pour les amateurs d’animaux, le Népal n’est pas en reste. Le parc national de Chitwan est le principal du pays et vous pouvez y réaliser des safaris pour voir de nombreux animaux.

Les safaris ne sont probablement pas au niveau de ce que vous pourriez voir en Tanzanie ou au Botswana. Mais il est toutefois possible d’y observer des rhinocéros, des crocodiles, des éléphants, différents types de singes, des tigres ou léopards…

Je n’y suis pas allé, mais nous avons longtemps hésité. Si vous y allez, faites-moi savoir si cela valait le détour.

Si le bien-être des animaux vous tient à cœur, éviter le centre pour éléphant de Suaraha, les éléphants y sont accouplés pour servir de transports aux touristes… Je ne suis vraiment pas pour ce type de tourisme.

Népal, une terre de plein air et aventures, les meilleures aventures à vivre au Népal.

Le Népal est une des meilleures destinations pour les amateurs de montagnes et d’aventures. Le pays est connu pour ses hauts sommets et ses treks. Mais il existe aussi beaucoup d’autres activités, le parapente, le rafting ou le kayak, le vélo de montagne, la moto…

Vélo de montagne

Pour les amateurs de vélos, vous avez deux approches. La première est de faire une petite sortie autour d’une ville ou la visite d’un lieu intéressant, c’est ce que nous avons fait autour de Pokhara. Cela peut se faire en une journée ou une demi-journée. La seconde approche, plus intense, est d’effectuer l’équivalent d’un trek, mais en vélo. Nous en avons croisé un ou deux pendant notre tour des Annapurnas.

Idées de parcours en vélo de montagne: Tour de la vallée de Katmandou (environ 155km), région du Mustang en VTT, tour des Annapurnas en vélo (environ 150km), tour du lac Fewa à Pokhara (environ 25km).

Rafting ou kayak

Le Népal a beaucoup de montagnes et de glacier, cela signifie que lorsque la fonte des neiges commence, les rivières se déchainent. Cela en fait un paradis pour les amateurs d’eau vive. Si vous êtes amateurs de rafting ou de kayak, vous aurez largement de quoi vous amuser.

Pokhara est la ville d’où la plupart des sorties ou expéditions en rafting partent. Il est toutefois possible d’en trouver ailleurs au Népal. Nous avons de notre côté fait une sortie d’une journée au départ de Katmandou, jusqu’à River Bay.

Attention toutefois, selon la période de votre voyage, les conditions peuvent ne pas convenir à votre niveau de compétences.

C:\DCIM\100GOPRO\GOPR1559.GPR

Parapente

Pourquoi ne pas observer l’Himalaya depuis le ciel ? C’est possible avec une sortie en parapente ! Que vous soyez pratiquant assidu, ou que ce soit votre premier vol, il est possible de découvrir le Népal depuis les airs.

Le parapente est très développé à Pokhara, je ne sais pas si on en retrouve dans tout le Népal. Nous avons effectué un vol en tandem avec Sunrise Paragliding. Ce fut une expérience inoubliable même si nous avons eu le mal des transports, ce qui a conduit à un petit vomi en vol. Mais cela ne nous a pas empêchés d’apprécier l’activité. La vue de la chaine des Annapurnas depuis les airs reste un magnifique souvenir pour moi.

Trek

Le Népal est probablement une des plus belles destinations pour le trek. Il y a énormément de choix d’itinéraire. Certains sont plus ou moins populaires et donc achalandés. Certains sont plus ou moins longs ou plus ou moins techniques. L’industrie du trekking est tellement développée là-bas qu’il est possible de faire son trek un peu à la carte. Le choix du trek dépendra donc de ce que vous souhaitez faire et voir ainsi que de votre condition physique.

Un article complet sur le trekking au Népal viendra prochainement.

Nous avons de notre côté réservé notre trek avec l’agence francophone Sunshine Trekking. Nous avons choisi de faire le tour des Annapurnas en 13 jours, environ 160 km.

Parmi tous les treks, voici une petite sélection de ceux que je peux recommander, en me basant sur mes recherches et les retours d’amis ou autres voyageurs que nous avons rencontrés.

Tour des Anapurnas

Le tour des Annapurnas fait le tour du massif des Annapurnas. Cela représente entre 160 et 230km. Certaines parties moins intéressantes peuvent se faire en voiture. C’est un trek plutôt accessible, vous passerez toutes vos nuits dans des lodges plus ou moins confortables, pas de nuit en tente. C’est un trek très populaire, il n’est pas rare d’y croiser beaucoup de monde.

Le départ du trek peut être rejoint depuis Katmandou ou Pokhara en bus et taxi. Le point culminant du parcours, et une des journées les plus difficiles, sera le passage du col du Thorong La à 5400 m d’altitude. Un des avantages de ce trek est qu’il s’agit d’une boucle et non d’un aller-retour. Compter entre 10 et 20 jours environ pour le trek.

Nous avons beaucoup aimé notre expérience pendant ce trek. Pour un savoir plus, un article détaillé arrivera bientôt.

Camp de base de l’Everest

Le trek du camp de base de l’Everest est probablement le trek le plus populaire. Il s’agit d’un aller-retour de 130 km, compter environ 20 jours, qui vous emmènera au pied de la plus haute montagne du monde.

Le départ du trek ne peut être atteint que par avion, et il s’agit d’un petit avion qui doit se poser sur un aéroport considéré comme un des plus effrayants au monde. Ce vol est d’ailleurs très dépendant des conditions météo, il n’est pas rare que vous ayez à attendre un ou deux jours de plus avant d’avoir les conditions suffisantes pour voler (pensez-y dans votre planification).

Le trek passe par de nombreux petits villages et est assez confortable, vous dormirez en lodge à chaque étape. Il demande toutefois une bonne condition physique, les derniers jours sont intenses entre le dénivelé, l’altitude et le froid.

Je n’ai personnellement pas fait ce trek, mais mon petit frère l’a fait il y a plusieurs années et a adoré son expérience.

Vallée du Langtang

La vallée du Langtang est située au nord de Katmandou. Il est accessible en bus. Le trek est un aller-retour à faire en environ 11 jours. Il est idéal pour s’immerger dans la culture Tamang, une des ethnies népalaises.

Ce trek est un peu moins connu et souvent moins achalandé.

Région du Mustang

Le Mustang est une région un peu plus désertique au Népal. Il est possible d’y faire différent treks, allant de 11 à 30 jours selon votre itinéraire. Ces treks sont moins populaires et sont probablement tout indiqués si vous souhaitez vous sentir un peu seul.

Les paysages sont toujours magnifiques, mais sont assez différents des autres treks du Népal.

Alpinisme

L’alpinisme est un des moteurs économiques du pays. Avec 8 des 14 sommets de 8000m au Népal ainsi qu’un très grand nombre de sommets de 7000m ou 6000m, il y a beaucoup de sommets à gravir.

Gravir une montagne est une expérience unique qui vous fera définitivement sortir de votre zone de confort. Je n’ai pas eu l’occasion de faire de l’alpinisme au Népal pour le moment, mais j’ai eu la chance d’en faire au Mexique et au Pérou. C’était des expériences uniques.

Je ne vais pas m’étendre sur toutes les possibilités, un article plus détaillé viendra. J’estime également que si vous avez l’expérience nécessaire pour faire l’Everest ou un autre 8000m, vous avez probablement déjà toutes les informations nécessaires. Je vais donc me concentrer ici sur quelques idées de sommets que vous pourriez faire si vous voulez faire vos premiers pas dans le monde de l’alpinisme au Népal.

Island Peak

Le Island Peak est un très bon premier sommet à faire. Il ne possède aucune difficulté technique, c’est presque uniquement de la randonnée sur un glacier. Il demande toutefois une excellente condition physique, car les efforts à cette altitude sont loin d’être faciles. Le sommet est à 6189m d’altitude.

Island Peak se situe dans la même région que l’Everest, il est souvent jumelé avec un trek jusqu’au camp de base de l’Everest.

Mera Peak

Le Mera Peak est assez similaire au Isalnd Peak. Il sera parfait si vous cherchez un défi un peu plus important. Le sommet culmine à 6476m d’altitude. Il est un peu plus difficile, mais reste un sommet accessible et pas technique.

Il se situe dans une autre vallée que celle de l’Everest, il est donc moins évident de la jumeler avec un trek jusqu’à son camp de base. Mais cela le rend également moins populaire et est donc moins achalandé.

N’oubliez pas que l’alpinisme reste un sport dangereux, il y a des morts tous les ans, ne prenez pas les choses à la légère que ce soit dans le choix de votre agence ou de votre équipement. Privilégiez aussi d’acquérir de l’expérience sur des plus petits sommets avant de viser de plus hauts sommets.

Le saviez-vous ?

Pour finir quelques petites informations pour vous faire briller en société.

Les plus hautes montagnes sont au Népal

Le Népal abrite quelques-unes des montagnes les plus hautes de la planète. Il y a bien entendu l’Everest, la plus élevée de toutes. Mais le pays abrite aussi 8 des 14 sommets de plus de 8.000 mètres au monde. Le Népal compte aussi une trentaine de montagnes de plus de 7.000m et de nombreuses dépassant les 6.000.

Le Népal a ses propres calendriers

Le Nouvel An est célébré mi-avril, nous avons eu la chance de fêter là-bas l’arrivée de l’année 2079 (en 2022), le calendrier népalais est décalé d’environ 57 ans par rapport au calendrier grégorien. C’est un calendrier hindou historiquement utilisé dans l’ensemble du sous-continent indien.

Le drapeau népalais est unique au monde

Le drapeau népalais est unique à plusieurs titres. Sa forme, deux triangles ou deux « pennons » ne se retrouve nulle part ailleurs. Les deux triangles représentent l’Himalaya et les deux religions principales du pays, hindouisme et bouddhisme. Il est également le seul drapeau d’un pays à être plus haut que large.


J’espère que ce guide aura pu vous aider, si vous avez des questions n’hésitez pas à les poster en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *