Galapagos – Jour 9: Tour 360 degrés de l’ile San Cristobal

14 mars 2020

Petit déjeuner tôt comme à l’habitude, vers 6h30. On est toujours aussi gâtés: bol de fruits frais (banane, pastèque, ananas), pain, oeufs brouillés, jambon et fromage. Aujourd’hui, nous partons pour la journée en bateau, afin de faire le tour à 360 de l’île de San Cristobal avec quelques arrêts “snorkeling”. On passe au Darwin dive center pour récupérer palmes, masques, tubas et wetsuits pour la journée. 

Ensuite, nous nous dirigeons au port où notre guide Claudia, tout un personnage, nous attend avec les autres membres du groupe. Le temps de charger le bateau et nous embarquons.

La belle plage de Bahia Blanca

Bahia Blanca

Nous voguons pendant environ 1h afin d’atteindre Bahia Blanca, une belle plage de sable blanc, où se trouve le premier spot de snorkeling. Notre guide rapporte que le sable de cette plage est composé à environ 90 % de caca de poissons (principalement de parrotfish). Et sans vouloir tuer le mythe, c’est le cas pour toutes les plages paradisiaques de sable blanc.  

un petit banc de poisson en snorkeling à Bahia Blanca

Nous marchons quelques minutes à travers les roches pour rejoindre la petite baie où nous passerons environ 1 heure en quête de faune aquatique. Nous y voyons une grande variété de poissons, 2 belles raies aigles qui semblent voler dans l’eau et plusieurs requins à pointes blanches couchés au fond de l’eau, au repos. La guide nous indique que c’est le seul requin qui s’immobilise pour se reposer, les autres ayant besoin d’être en mouvement pour respirer.

Des requins se reposent pendant notre sessions snorkeling

Nous quittons Bahia Blanca et une belle surprise nous attend en direction de Punta Pitt. Une colonie de dauphins tourne autour du bateau ! Nous les voyons sauter hors de l’eau, plusieurs à la fois, à 10 pieds de nous parfois. C’est un spectacle unique. Il y en aurait plus de 300 selon la guide !!!!! Pour chaque dauphin qui saute à la surface, il y en aurait 20 en dessous qui nagent. Je me sens privilégié de voir ce spectacle de la nature qui arrive peu fréquemment d’aussi près. On se croirait dans un film de National Geographic !

des dauphins nous suivent en mer

Punta Pitt

On arrive à Punta Pitt, une pointe avec de beaux rochers. Nous sommes à l’opposé de notre point de départ, soit à l’extrémité nord-est. C’est l’occasion d’observer différents oiseaux. Les classiques fous à pattes bleues, mais également leurs cousins à pattes rouges, que nous n’avions pas encore vus. C’est aussi le moment où le matelot du bateau va pêcher… Car oui, nous sommes en fait sur un tour qui inclut une partie de pêche. Cela peut surprendre, mais c’est en réalité une obligation pour pouvoir faire ce type d’itinéraire. Les bateaux doivent s’enregistrer comme bateau pêcheur, et accessoirement en profiter pour faire le tour à des touristes. Ça sent un peu la magouille, mais bon pourquoi pas. Manque de chance, notre matelot ne pêchera rien cette fois-ci.

Un fou à pattes bleues

Nous mangeons notre dîner à bord du navire. Au menu : riz blanc, poisson frais et salade. Un classique sur l’île. Simple, frais, et ça bouche un trou ! Ensuite, option de faire un nouveau plongeon à Bahia Sardina. Une heure de snorkeling au programme, mais nous en ferons au final un peu moins que cela, préférant l’ombre du bateau afin d’éviter les coups de soleil. Le soleil est très fort et avec notre expérience, mieux vaut se couvrir, surtout à cette heure. On verra tout de même quelques groupes de petits poissons et quelques gros parrotfish.

Des fous  en pleine mer

Cerro Brujo

On reprend ensuite la mer pour découvrir Cerro Brujo, situé sur la côte nord de l’île. Nous sommes au ¾ de notre tour de l’île. On ne fera que passer autour de cette grande falaise. Mais on s’arrêtera tout de même pour observer un gros trou dans la roche, qui nous permet de voir jusqu’à Leon Dormido, notre prochain arrêt.

Cerro Brujo

J’ai lu qu’il y avait également une belle plage avec des fous et une colonie d’otarie à Cerro Brujo, mais nous ne sommes pas descendus du bateau.

Cerro Brujo

Kicker Rock / Léon Dormido

Nous finissons par arriver à ce que je considère la meilleure partie de cette excursion: Kicker Rock ou Leon Dormido. Cet imposant cône de tuf vertical a été scindé en 2 par l’érosion et les petits bateaux passent entre les 2 rocs. Il y a beaucoup de courant, les vagues sont fortes. Nous devons tous être prêts à sauter à l’eau ensemble afin que le bateau puisse ensuite s’éloigner de la falaise. De notre côté, nous devons rapidement nager vers les rochers et passer dans le couloir entre les deux falaises afin de ne pas être pris dans les vagues. Tout un programme. Mais le jeu en vaut la chandelle, car le snorkelling à cet endroit réserve de nombreuses surprises.

Kicker rock / Léon Dormido

Nous plongeons à l’eau et suivons rapidement la guide avec les yeux rivés sous l’eau.  Cet endroit est magique. La végétation aquatique sur les parois de roche est magnifique et pleine de couleur. Nous apercevons rapidement une grande raie qui s’éloigne à notre approche. Puis, nous découvrons l’objet de notre visite ici : nos premiers requins marteaux ! Ici, la mer est très profonde et on ne voit clairement pas le fond. En observant les abysses, on a parfois la chance de voir apparaître un requin qui remonte des profondeurs. En réalité, nous allons même en voir plusieurs et de proche. La guide est surexcitée, car selon elle, c’est rare d’en voir autant d’aussi proche. On se sent vraiment chanceux d’avoir droit à un aussi beau spectacle.

Des requins marteaux à Léon Dormido

Ensuite, une otarie vient nous tenir compagnie plusieurs minutes près de la falaise fleurie. Moi qui « râlais » de ne pas en avoir vu encore sous l’eau. Elle reste et “joue” avec nous. Elle passe d’un côté puis de l’autre et s’approche suffisamment pour qu’on puisse bien l’observer.

Otarie qui nage avec nous à Kicker Rock

On a aussi vu une immense raie aigle, d’environ 5 pieds de long ! Au départ, on a cru qu’il s’agissait d’une raie manta tellement elle était grosse par rapport à celles que nous avions vu avant. La vie aquatique déborde. De nombreux poissons sont également présents, même si nous les oublions un peu à la recherche de créatures plus imposantes et rares.

Les magnifiques falaise sous marines de Léon dormido

Une fois la traversée du couloir terminée (entre les 2 parois rocheuses), nous continuons à nager en suivant la falaise et nous avons la chance de voir 3 belles tortues qui ne semblaient pas effrayées par notre présence. Nager en leur compagnie est vraiment un sentiment unique. Nous tombons de nouveau sur un groupe de requins que nous suivons de loin. Nous finissons par les perdre de vue et c’est déjà l’heure de remonter sur le bateau pour rentrer.

Tortue à Léon Dormido

Cette expérience était pour moi hors du commun. Déjà par la situation, être en pleine mer, dans des conditions loin d’être calmes. Devoir nager au milieu des courants et des nombreux animaux présents. C’était à la fois terrifiant (merci le grand bleu et autres films montrant les requins comme des monstres), mais également tellement beau. Des falaises magnifiques avec tellement d’animaux vivant autour de nous. C’était probablement pour moi la meilleure expérience de ce voyage. Cela a duré seulement 45 minutes, mais le temps s’est arrêté. Ces souvenirs sont gravés dans notre mémoire à jamais.

Une floppée de petits poissons à Léon Dormido

Si vous n’avez qu’une seule activité à faire à San Cristobal, c’est le tour à 360 de San Cristobal. Si vous êtes en manque de temps, une excursion de 3h juste à Kicker Rock est également possible.

Une tortue à Kicker Rock
DCIM\100GOPRO\GOPR0562.JPG

Retour à Puerto Baquerizo Moreno

Nous arrivons sur la terre ferme au port de la ville et remercions la guide. On y reviendra probablement dans un autre article, mais c’est pour moi la seule véritable guide, avec une valeur ajoutée, que nous avons eu du séjour. Une passionnée de son travail et un vrai clown qui nous a bien divertis. On a appris beaucoup de choses en sa compagnie.

Colonie d'otaries de San Cristobal

Nous rentrons à l’hôtel avec plein de souvenirs dans nos têtes et heureux d’avoir vu les requins marteaux, un de nos objectifs du voyage.

Nous prenons les choses tranquillement le soir et allons manger au Casa Blanca Cafe. Un restaurant un peu cher et assez décevant au final. C’était pas mauvais, mais pas non plus très bon et les portions étaient petites. Nous faisons un petit tour par une boulangerie sur le chemin du retour, histoire d’avoir de quoi manger pour notre long trajet demain (et encore on ne savait pas que cela allait être pire que ce qui était prévu).

Nous passons notre dernière nuit aux Galapagos (tristesse).

Couché de soleil avec la colonie d'otarie de San Cristobal

Pour le reste de nos aventures suivez notre journal des Galapagos:
Jour1
Jour2
Jour3
Jour4
Jour5
Jour6
Jour7
Jour8